Hello, I’m Vinch

And this is my website.

Smile and be nice

04/04/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

On a tendance à penser qu’on n’apprend que de ceux qui sont plus vieux ou ont plus d’expérience que nous. Je ne suis pas du tout d’accord avec cela. Ma fille Ines n’a même pas encore deux ans et elle m’a déjà appris de nombreuses choses. J’ai entre autre réappris à sourire en observant la façon dont elle interagit avec les gens, que ce soit sa famille ou de parfaits inconnus. Depuis qu’elle peut sourire, elle n’a plus jamais arrêté. Même si elle n’a pas lu Dale Carnegie qui y consacre un chapitre de son livre “How to Win Friends and Influence People”, elle a compris que sourire était le parfait moyen de s’attirer la sympathie des gens et de créer une atmosphère où règne la bonne humeur.

En outre, sourire aux autres et avoir une pose décontractée vous donnera un côté accessible et sera vu comme une invitation à entamer une conversation, comme l’explique Keith Ferrazzi, un maître du networking, dans son livre “Never Eat Alone”. Essayez d’obtenir le même résultat en étant plongé dans votre smartphone avec un air sévère…

Le Lion et le Rat

On a aussi tendance à penser que pour réussir, il faut être dur et ne pas faire de sentiments, quitte à piétiner les autres pour arriver au sommet. Les gens trop gentils auraient tendance à se faire écraser et n’arriveraient à rien dans leur vie. À nouveau, cette affirmation est sans doute fort éloignée de la réalité. Ma fille possède un livre que je trouve très important. Il s’agit d’une version illustrée de la fable “Le Lion et le Rat” de Jean de La Fontaine. Si vous l’avez oubliée depuis l’école primaire, la revoici en intégralité :

Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde :
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.
Entre les pattes d’un Lion
Un Rat sortit de terre assez à l’étourdie.
Le Roi des animaux, en cette occasion,
Montra ce qu’il était, et lui donna la vie.
Ce bienfait ne fut pas perdu.
Quelqu’un aurait-il jamais cru
Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ?
Cependant il advint qu’au sortir des forêts
Ce Lion fut pris dans des rets,
Dont ses rugissements ne le purent défaire.
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents
Qu’une maille rongée emporta tout l’ouvrage.
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

Les morales communément admises pour cette fable sont les suivante : “On a souvent besoin d’un plus petit que soi” et “Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.” Je trouve que cela s’applique très bien dans un cadre professionnel. Par contre, faites attention à ne pas confondre patience et attentisme. Prenez votre vie en main et n’attendez pas que quelqu’un d’autre fasse quelque chose pour vous, quitte à démissionner d’un job qui ne vous apporte plus rien et auquel vous nous pouvez plus rien apporter. Je rajouterais une troisième morale à la fable : “Si vous êtes clément avec autrui, vous serez toujours remercié à un moment ou à un autre.

Cette fable illustrée, il s’agit un peu de sa version à elle de “The Power of Nice”, livre que j’ai lu l’an dernier et que j’ai beaucoup apprécié. En 144 pages, les auteurs Linda Kaplan Thaler et Robin Koval vous expliquent qu’être gentil et bienveillant ne vous apportera que des choses positives dans votre carrière. Je trouve ça dommage qu’il faille écrire un livre de plus de cent pages pour exprimer quelque chose d’aussi évident mais dans cette drôle d’époque dans laquelle nous vivons, c’est malheureusement devenu une nécessité.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, je recommande sans hésitation la lecture de tous les bouquins qui ont été cités dans ce article. Même s’ils n’expliquent pas directement comme avoir du succès et être heureux, ils vous font au moins comprendre que ce n’est pas en faisant la gueule et en agissant comme un salaud que vous y arriverez. J’espère que ça vous aidera.

La course des grenouilles

03/06/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

Il y a quelques jours, j’ai terminé le livre “Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une…” de Raphaëlle Giordano, coach spécialiste en développement personnel. Ce fut une lecture assez rapide (environ 200 pages) et très agréable. L’auteure y raconte l’histoire de Camille, une femme d’une trentaine d’années qui a tout pour être heureuse mais à qui le bonheur semble échapper. Quand Claude, routinologue, lui propose de l’accompagner pour l’aider à retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement, elle n’hésite pas longtemps.

Frog

De cet ouvrage, je retiens entre autres plusieurs métaphores racontées par Claude tout au long de l’histoire. L’une d’entre elles est la course des grenouilles.

Une fois par an, dans le monde des grenouilles, une course était organisée. Tous les ans, cette course avait un objectif différent. Cette année-là, il fallait arriver au sommet d’une vieille tour. Toutes les grenouilles de l’étang se rassemblèrent pour les voir et les encourager.

Et la course commença…

Une fois la course engagée, les grenouilles ne croyaient pas possible que les concurrents atteignent la cime de la tour. Et toutes les phrases que l’on entendit furent :

“Impossible ! Elles n’y arriveront jamais !”, “Leur physionomie ne leur permet pas d’y arriver !” ou encore “Elles vont se dessécher avant d’y arriver !”

Les grenouilles commencèrent à se décourager les unes après les autres. Toutes, sauf quelques unes qui continuèrent à grimper courageusement. Les spectateurs continuèrent quant à eux à crier :

“Vraiment pas la peine ! Personne ne peut y arriver, regarde, elles ont presque toutes abandonné !”

Et les dernières grenouilles s’avouaient vaincues, sauf une qui continuait de grimper envers et contre tous. Seule et au prix d’un énorme effort, elle atteignit la cime de la tour. Les autres, stupéfaites, voulurent savoir comment elle y était arrivée. L’une d’elles s’approcha pour lui demander comment elle avait réussi l’épreuve et elle découvrit… qu’elle était sourde !

Nous sommes entourés de gens qui jugent nos défis et changements impossible. Ils sont sans doute négatifs de nature, se contentent de leur petite vie sans surprises et projettent leurs échecs sur la vôtre. Soyez toujours sourds à ceux qui vous disent que vous ne pouvez pas réaliser vos rêves !

Lifelong learning

02/24/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

Lifelong learning is the “ongoing, voluntary, and self-motivated” pursuit of knowledge for either personal or professional reasons. Therefore, it not only enhances social inclusion, active citizenship, and personal development, but also self-sustainability, rather than competitiveness and employability (source: Wikipedia).

It’s a concept that I find very interesting because I’m convinced that the pursuit of knowledge is what can bring you power and success. When I take the bus in the morning, I’m always surprised to see that most of the people I commute with are playing games on their phone or are just doing nothing when they could read and learn new things.

Knowledge

But what makes a lifelong learner? Thanks to a book I’m currently reading, I discovered that the European Parliament and Council wrote a recommendation in 2006 (here) defining eight key points of competence. I’m very surprised to find that kind of things written by a European institution. No, they don’t always spend their time trying to create rules for things they don’t truly understand. Sometimes, they can also do very inspiring stuff. Here’s the complete list of skills:

  • Communication in the mother tongue;
  • Communication in foreign languages;
  • Mathematical competence and basic competences in science and technology;
  • Digital competence;
  • Learning to learn;
  • Social and civic competences;
  • Sense of initiative and entrepreneurship; and
  • Cultural awareness and expression.

The key competences are all considered equally important, because each of them can contribute to a successful life in a knowledge society. Many of the competences overlap and interlock: aspects essential to one domain will support competence in another. Competence in the fundamental basic skills of language, literacy, numeracy and in information and communication technologies (ICT) is an essential foundation for learning, and learning to learn supports all learning activities.

Do you agree with this? Do you have them all?