Hello, I’m Vinch

And this is my website.

La beauté de la Mauricie…

09/30/08

This post is more than 8 years old. It might not reflect my current skills and convictions.

J’ai enfin un peu de temps pour vous parler de la suite de mes aventures en Mauricie !

Avec Gabriel de Tourisme Mauricie, j’ai quitté l’Auberge du Trappeur dans la brume d’un vendredi matin, direction le musée du bûcheron !

Situé dans le charmant village de Grandes-Piles, berceau de l’exploitation forestière québécoise en Mauricie, ce village forestier demeure le plus important du Québec. Il retrace et perpétue l’histoire des bûcherons et draveurs de la Mauricie de 1850 à 1950. Le musée fête cette année ses 30 ans !

Nous y avons été accueilli par un authentique bûcheron (avec le look qui va avec) qui nous a guidé et expliqué tout ce qu’il fallait savoir dans les moindres détails.

Le guide et moi

Après ça, un repas dans la Cookerie du musée du bûcheron s’imposait ! Après avoir goûté au caribou, nous avons eu droit à un vrai repas de bûcheron dont je retiendrai surtout la soupe aux pois qui en est un classique !

Pour digérer tout ça, rien de tel qu’un petit bout de route vers Shawinigan, splendide ville située dans un crochet de la rivière Saint-Maurice (qu’on appelle la baie de Shawinigan). La ville abritait une usine de pâtes et papier, nommé Belgo car elle a été mise sur pied grâce à un investisseur belge. Malheureusement, l’usine a du être fermée récemment ce qui fut une petite catastrophe pour Shawinigan… Notre temps de visite là-bas a été très court mais j’ai pu monter tout en haut de la tour de la Cité de l’énergie où la vue était tout simplement splendide. On a même pu apercevoir Trois-Rivières au loin, alors que les deux villes sont séparées de plus de 30 kilomètres !

Shawinigan

La route nous appelant à nouveau, nous avons gagné Saint-Alexis-des-Monts qui compte parmi ses bonnes adresses la microbrasserie Nouvelle-France. Là-bas, nous avons pu visiter les installations où la bière est fabriquée et bien entendu en goûter quelques unes : l’Ambrée de Sarrasin, la Blonde d’Epeautre, la Claire Fontaine et la Messagère.

Microbrasserie Nouvelle-France

En fin de journée, j’ai rejoint le petit paradis sur terre où j’allais loger et me divertir : la Pourvoirie du Lac Blanc. Je pense que je n’ai jamais vu un lieu si beau de toute ma vie. Je m’y serais bien installé. Je recommande à quiconque d’y passer quelques jours. Les activités qu’on peut y réaliser sont nombreuses, aussi bien en hiver qu’en été. J’ai pu y observer des ours et des castors, faire du quad, pêcher la truite, tirer au pigeon d’argile, etc.

Pourvoirie du Lac Blanc

Cela finissait en beauté mon petit tour de Mauricie, merci encore à toutes les personnes qui ont rendu cela possible !

Au coeur de la Mauricie…

09/27/08

This post is more than 8 years old. It might not reflect my current skills and convictions.

Après mon périple à Trois-Rivières, d’autres aventures m’attendaient…

C’est aux alentours de 9 heures hier matin que Gabriel de Tourisme Mauricie (qui est, en passant, le guide d’exception qui m’accompagne durant mes pérégrinations en Mauricie) est venu me chercher à l’hôtel Delta de Trois-Rivières où j’ai passé une nuit sensationnelle.

En route pour le Parc National de la Mauricie !

Après un petit bout de chemin, nous sommes arrivés à St-Jean-des-Piles, la principale porte d’entrée du parc. A partir de ce moment, j’ai été pris en charge par Parcs Canada qui m’a préparé un petit circuit dans la nature. Si je devais résumer ce que j’y ai vu en un seul mot, je dirais : magnifique ! En effet, les paysages sont vraiment splendides, la flore et la faune y sont abondantes et l’été indien, qui vient de commencer (j’ai de la chance, il y a une semaine, tout était encore vert), rendait cela encore plus beau. Pour parler un peu plus en détails de la faune, sachez qu’on y trouve des animaux aussi variés que des ours, des loups, des coyotes, des orignaux, des caribous, des lynx (non, pas le navigateur Web, espèce de geek), des castors, etc.

Vue sur le lac

Le Parc de la Mauricie est un parc d’une superficie de 536 km2. Au niveau des activités, il est possible d’y faire énormément de choses car il possède plusieurs sentiers pédestres, beaucoup de rivières où le rabaska est l’une des activités proposées ainsi que le canoë et le kayak, des terrains de camping, des sentiers de ski de fond l’hiver, et j’en passe…

A la fin du circuit, je me suis retrouvé à Saint-Mathieu-du-Parc où j’ai rejoint l’endroit où j’allais terminer l’après-midi et passer la soirée : l’Auberge du Trappeur. Pour information, un trappeur est un chasseur solitaire qui pratique le piégeage (ou le trappage), non pas pour la viande, mais pour la fourrure. Je referme la parenthèse… Juste à côté de l’auberge se trouve le village amérindien Mokotakan. Le village retrace la présence amérindienne depuis plus de 5000 ans grâce à la reconstitution de différents bâtiments des 11 nations autochtones du Québec. La mission de ce site est le partage, la diffusion et l’interprétation de la culture amérindienne. Mission accomplie !

Mokotakan

Plus tard, ce fut le clou de la journée : l’observation des ours noirs ! Perché dans une tente qui donnait sur le bord d’un ruisseau et ses environs, nous avons pu observer deux ours qui se régalaient de ce que notre guide leur avait donné à manger, ainsi que quelques coyotes qui passaient par là, à la recherche de restes laissés par les ours… Cette observation fut un moment intense et émerveillant ! On a même pu assister à un début de bagarre entre un ours et un coyote !

L'ours

Toutes les photos se trouvent sur mon compte Flickr.

Trois-Rivières

09/26/08

This post is more than 8 years old. It might not reflect my current skills and convictions.

Trois-Rivières était la première étape de mon périple de trois jours en Mauricie (généreusement offert par Tourisme Mauricie). Ici, j’étais plus particulièrement l’invité de Tourisme Trois-Rivières qui m’a préparé une journée bien remplie dans leur splendide ville.

Tout d’abord, il faut savoir que le nom de la ville est une erreur… En effet, une seule rivière coule à Trois-Rivières : la rivière Saint-Maurice. La confusion vient du fait qu’il existe deux îles à l’endroit où le Saint-Maurice se jette dans le Saint-Laurent, donnant l’illusion qu’il y a trois rivières…

Cette précision étant faite, je peux donc vous parler du déroulement de ma journée… Après avoir mangé dans un excellent restaurant, j’ai eu la chance de visiter la vieille prison de Trois-Rivières, qui est fermée depuis 1986 à cause de l’insalubrité ambiante. La particularité de cette visite est qu’elle est guidée par d’anciens détenus. J’ai eu l’occasion d’apprendre l’historique de la prison et de la vie carcérale de manière plus générale. J’ai même été placé au cachot pendant quelques minutes… J’en ai encore froid dans le dos !

En Prison

Après cette expérience hors du commun, j’ai pu visiter l’expo Papier identité où était retracée toute l’histoire et expliquée tout le processus de fabrication du papier. Il faut savoir que le Québec est/était une région très connue pour son industrie de papier.

Papier identité

Ensuite, j’ai effectué la promenade de la poésie ce qui m’a permis de découvrir quelques charmes cachés de la ville. Une fois par an, Trois-Rivières organise le festival international de la poésie. Cette année, cela aura lieu du 3 au 12 octobre. Trois-Rivières sera également la capitale culturelle du Canada en 2009 !

Trois-Rivières

La soirée s’est terminé par une bière canadienne (dont j’ai malheureusement oublié le nom) au Trèfle et un steak de wapiti à l’Essentiel. Ces deux établissements se trouvent dans la rue des Forges, la rue la plus animée de la ville.

Pour terminer, j’aimerais partager avec vous la vue que j’avais de ma chambre au réveil :

Vue depuis la chambre

C’est pas beau, ça ?

Si vous apprécié mes talents de photographe, vous pouvez découvrir toutes mes autres photos sur Flickr.