Hello, I’m Vinch

And this is my website.

Lifelong learning

02/24/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

Lifelong learning is the “ongoing, voluntary, and self-motivated” pursuit of knowledge for either personal or professional reasons. Therefore, it not only enhances social inclusion, active citizenship, and personal development, but also self-sustainability, rather than competitiveness and employability (source: Wikipedia).

It’s a concept that I find very interesting because I’m convinced that the pursuit of knowledge is what can bring you power and success. When I take the bus in the morning, I’m always surprised to see that most of the people I commute with are playing games on their phone or are just doing nothing when they could read and learn new things.

Knowledge

But what makes a lifelong learner? Thanks to a book I’m currently reading, I discovered that the European Parliament and Council wrote a recommendation in 2006 (here) defining eight key points of competence. I’m very surprised to find that kind of things written by a European institution. No, they don’t always spend their time trying to create rules for things they don’t truly understand. Sometimes, they can also do very inspiring stuff. Here’s the complete list of skills:

  • Communication in the mother tongue;
  • Communication in foreign languages;
  • Mathematical competence and basic competences in science and technology;
  • Digital competence;
  • Learning to learn;
  • Social and civic competences;
  • Sense of initiative and entrepreneurship; and
  • Cultural awareness and expression.

The key competences are all considered equally important, because each of them can contribute to a successful life in a knowledge society. Many of the competences overlap and interlock: aspects essential to one domain will support competence in another. Competence in the fundamental basic skills of language, literacy, numeracy and in information and communication technologies (ICT) is an essential foundation for learning, and learning to learn supports all learning activities.

Do you agree with this? Do you have them all?

10 ans !

02/12/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

Je n’arrive pas à croire que cela fait maintenant 10 ans que ce blog existe ! Mon premier article a été publié le 12 février 2006 et je vous invite vraiment à aller le lire car il me fait toujours autant rire après toutes ces années !

HBD

Joyeux anniversaire blog !

Je le dis souvent aux gens que je connais bien, mais ce blog a vraiment changé ma vie et m’a permis d’être là où je suis aujourd’hui. Quand je l’ai démarré, j’étais indépendant et je réalisais des sites Web pour des petits commerçants de la région de Braine-le-Comte (dans la province du Hainaut). A l’origine, les sujets que je traitais sur mon blog étaient principalement les standards du Web (HTML, CSS et JavaScript), les navigateurs (Firefox venait de sortir dans un marché dominé à plus de 90% par Internet Explorer 6), le PHP (le langage de programmation web qui était de très loin le plus populaire à l’époque) et le SEO (mon but était d’arriver premier sur Google quand on recherchait “Vinch”). J’étais très actif dans ces communautés et cela m’a permis de rapidement discuter avec des gens que je respecte énormément comme Monique Brunel, Elie Sloïm, Raphaël Goetter, Denis Boudreau ou encore Tristan Nitot. Ce dernier fut d’ailleurs celui qui m’inspira à lancer un blog car j’étais (et je suis toujours) un lecteur assidu de son Standblog.

C’est grâce à mon blog que j’ai pu décrocher un job chez Emakina. Marin Gatellier, à l’époque responsable des développeurs Web dans la célèbre agence belge, suivait mon blog de façon régulière et a fortement facilité mon embauche. En effet, je n’ai pas du passer d’interview technique car mes compétences étaient selon lui déjà prouvées par tous les articles que j’avais publié jusque-là. La seule interview que j’ai eu chez Emakina avait pour but de négocier mon salaire.

Emakina m’a permis de rencontrer des personnes formidables et m’a ensuite mené à co-fonder 1MD, ce qui m’a mené à participer à la création de WooRank (à la base un side-project de 1MD en collaboration avec Jean Derély), ce qui m’a mené à la Webmission 2010 (où nous présentions WooRank) et mon coup de foudre pour San Francisco. Xavier Damman, qui m’a connu grâce à mon blog (il m’avait envoyé un t-shirt TRIBAL en 2008), m’a permis de réaliser mon rêve en me proposant un job chez Storify en juillet 2011. Trois mois plus tard, j’étais à San Francisco. Après un passage très enrichissant chez Storify, c’est tout naturellement que j’ai décidé de rejoindre Instaply en tant que second employé. Tout ça n’aurait sans doute pas pu avoir lieu sans mon blog.

Outre les portes que cela m’a ouvert d’un point de vue professionnel, j’ai pu vivre des expériences vraiment uniques grâce à ce blog. J’ai en effet pu faire la visite de Montréal et de la Mauricie (à l’initiative de Michelle Blanc, blogueuse québécoise très réputée et co-fondatrice de Yulbiz, dont j’avais ouvert le chapitre bruxellois), être invité à Londres par Hewlett-Packard, visiter les endroits les plus hypes du Luxembourg aux frais la princesse (merci Good Idea), rouler en Porsche 997 GTS sur le circuit d’Estoril au Portugal (merci Michelin), tester pendant une semaine une Renault Kangoo 1.5 dC ou encore savourer un menu dégustation concocté par Bart De Pooter (2 étoiles au Michelin) au sommet du Cinquantenaire (merci Electrolux).

Techniquement, le blog tournait à l’origine sur Dotclear mais fut rapidement migré vers WordPress (en janvier 2007). Le blog a eu 5 ou 6 interfaces différentes depuis le début, la plus récente datant d’août 2013. Il compte en tout 775 articles et pas loin de 6000 commentaires. L’activité était très soutenue durant les premières années (188 articles en 2006, 312 en 2007, 146 en 2008) mais s’est ensuite fortement calmée (54 articles en 2009, 19 en 2010, 21 en 2011, 9 en 2012, 12 en 2013, 3 en 2014, 7 en 2015) probablement à cause de l’explosion de Twitter et de Facebook. Tout ça va changer car, comme vous le savez peut-être, j’ai pris l’initiative de publier au moins 50 articles durant l’année 2016. Pour l’instant, je suis bien parti pour réussir le challenge (j’en suis à 6 en comptant celui-ci).

Pour conclure, voici la liste des articles qui m’ont le plus marqué au fil de toutes ces années :

  • Mes prédictions pour 2007 [Janvier 2007] Lassé des gourous du Web qui faisaient leurs prédictions pour l’année à venir, j’ai décidé de faire les miennes également. Elles furent 100% correctes.
  • Nil-Saint-Vincent-Saint-Martin [Février 2008] Le jour où j’ai essayé de comprendre comment on calculait le centre d’une forme géométrique complexe telle que la Belgique.
  • Les principes de simplicité appliqués au design et au développement Web [Août 2008] La simplicité est encore un sujet qui me passionne aujourd’hui.
  • Apprendre à conduire et apprendre à programmer… [Novembre 2008] Une analogie qui a toujours du sens.
  • CMS 99% bad [Janvier 2009] Mon attaque personnelle envers les CMS. Sur le fond, je suis toujours d’accord avec les idées exprimées par l’article, mais je ferais sans doute preuve de plus de tact dans sa rédaction si c’était à refaire aujourd’hui.
  • Combien ça coute un site ? [Février 2009] On me posait encore la question très récemment.
  • Flash, c’est de la merde ! [Juillet 2009] Contrairement à ce que laissait penser le titre, l’article défendait l’utilisation de Flash pour certains cas précis. Évidemment, presque 7 ans plus tard, cela fait un peu sourire vu que Flash a désormais totalement disparu de la circulation (pour le Web en tout cas).
  • Je ne dois pas choisir ma langue ! [Novembre 2009] En 2016, beaucoup de sites ont encore du mal à savoir quelle langue vous afficher.
  • Nouveau site officiel pour Jacques Dutronc ! [Janvier 2010] Une de mes plus grandes fiertés chez 1MD est d’avoir participé à l’élaboration du site Web officiel de Jacques Dutronc, un des artistes français que je vénère le plus avec Brassens, Gainsbourg et Renaud. Le site a été mis à jour depuis lors mais il est resté en ligne durant de nombreuses années.
  • Le principe de Peter et le principe de Dilbert [Août 2010] Un petit article pour se moquer de la façon de fonctionner des grandes entreprises.
  • L’utopie de la vie privée sur Internet [Novembre 2010] Je suis toujours convaincu que la vie privée sur Internet est quelque chose de quasi inexistant.
  • Eviter (un peu) le plagiat… [Novembre 2010] Un petit truc pour ceux qui se font plagier un peu trop souvent.
  • Ultranoir va-t-il trop loin ? [Juillet 2011] Cet article avait valu une réaction de l’agence en question et une visite de leur part à Bruxelles pour un petit événement qui avait rassemblé la crème du Web belge !
  • Le secret de ma réussite en 2012 [Décembre 2011] Pour info, la seule fois où je n’ai pas fait le truc des raisins, c’était en 2013, et j’ai passé une très mauvaise année. C’était doute aussi lié au fait que le nombre 13 porte malheur. Quoiqu’il en soit, ceci a fait que j’ai été superstitieux pendant quelques mois. Je ne le suis plus depuis que ma fille est née un vendredi 13, sans doute le plus beau jour de ma vie jusqu’à présent.
  • Update [Novembre 2012] L’article où j’annonce que mon aventure Storify se termine. Avec le recul, ce fut une des expériences professionnelles les plus enrichissantes de ma vie.
  • L’autre vie [Novembre 2013] Un article de fiction qui m’a valu un peu de critique mais pour la plupart énormément de réactions positives. Quelqu’un m’a récemment avoué que ce post l’avait encouragé à quitter son job d’employé pépère et à lancer sa propre activité en tant qu’indépendant.
  • Comparaison [Janvier 2014] Une comparaison entre la vie en Belgique et la vie en Californie. Dans quelques mois, je pourrai sans doute faire une triple comparaison entre la Belgique, la Californie et la Catalogne.
  • La bonne façon de manger (ou comment j’ai enfin compris mon corps) [Juillet 2014] Je ne me suis jamais senti bien dans mon corps depuis que j’ai adopté ce mode de vie (je ne veux pas l’appeler régime car c’est bien plus que ça). Depuis que j’ai écrit ce texte, j’ai découvert de nouvelles choses en matière de nutrition mais les grandes lignes directrices de l’article restent correctes.
  • Chez moi c’est partout [Juillet 2015] Le jour où j’ai fait serment d’allégeance à la planète terre et non pas à un pays en particulier. Quelques mois plus tard, je quittais San Francisco pour m’installer à Barcelone. Je me sens comme si j’avais déménagé dans le village d’à côté.
  • Est-ce que la Silicon Valley est le meilleur endroit pour démarrer sa startup ? [Janvier 2016] Le petit dernier, qui j’espère donnera beaucoup d’espoir à ceux qui tentent de lancer leur startup depuis l’Europe ou ailleurs.

Bonne (re)lecture et rendez-vous en 2026 !

Le futur est meilleur que nous ne le pensons !

02/03/16

This post is more than one year old. It might not reflect my current skills and convictions.

Vous allez avoir du mal à y croire mais nous vivons à la meilleure époque que la terre ait connu et ce malgré les nombreux attentats qui ont eu lieu durant ces derniers mois, la terreur que sème ISIS au Moyen-Orient, les tensions grandissantes entre les États-Unis et la Russie, la menace nucléaire nord-coréenne et le fait que Donald Trump ait (eu) une infime chance de devenir président de la plus grande puissance mondiale.

En effet, malgré tout ça, il n’y a jamais eu aussi peu de conflits sur terre, aussi peu de pauvreté et aussi peu de famine qu’en ce moment. On ne va plus se coucher le soir avec la peur qu’une troupe de barbares viennent détruire notre village et massacrer tous ses habitants pendant la nuit. L’esclavage a été quasiment aboli dans le monde entier. On ne meurt plus systématiquement lorsqu’on attrape la grippe ou qu’on souffre d’une intoxication alimentaire. N’importe quel ménage issu de la classe moyenne a une qualité de vie dix fois supérieure à celle des familles les plus riches du début du 20ème siècle. Internet nous a permis de nous connecter avec le monde entier de façon instantanée, de discuter et de partager notre savoir avec des personnes vivant à l’autre bout de la terre. Des innovations économiques et technologiques comme les microcrédits et les smartphones bon marché ont permis aux habitants des pays du tiers monde de commencer à faire des affaires et à doucement s’enrichir.

Je pourrais continuer à lister des centaines d’exemples de ce type. C’est évident, le monde va de mieux et mieux, et il sera encore meilleur demain. Pourquoi alors continuons-nous à penser que le monde va de mal en pis et que nous sommes probablement à l’aube d’une troisième guerre mondiale ?

D’une part, si nous n’allons pas chercher l’info mais que nous attendons qu’elle vienne à nous via la presse, nous avons une vision déformée de notre monde. C’est bien connu, les médias parlent rarement des choses qui vont bien. La peur fait vendre. Pour cette raison, j’ai décidé d’arrêter de lire et de regarder les news. Si quelque chose de vraiment important se passe, je le saurai d’une façon ou d’une autre. En attendant, je n’ai pas envie d’encombrer mon cerveau avec des informations négatives inutiles qui risquent de me faire voter pour les mauvaises personnes, de me faire acheter des choses dont je n’ai pas besoin, voire de me mener droit à la dépression.

D’autre part, nous souffrons d’un biais cognitif de négativité. Nous faisons plus attention aux mauvaises nouvelles qu’aux bonnes. Lorsqu’on nous propose un choix, nous percevons les choses négatives comme plus importantes ou significatives que les positives. Nous avons aussi tendance à accorder plus de crédibilité aux mauvaises nouvelles, car nous sommes suspicieux de ce qui est positif. Vous êtes un peu suspicieux par rapport à cet article, n’est-ce pas ? CQFD.

Abundance cover

Pourquoi je vous parle de tout ça ? Tout simplement car je viens de terminer le livre Abundance et que ça m’a tellement inspiré que je souhaitais partager mon enthousiasme avec vous. Dans cette ouvrage, les auteurs Steven Kotler et Peter Diamandis expliquent que malgré ce que nous pensons, nous vivons dans une époque formidable et qu’il est fort probable qu’on trouve des solutions à tous les problèmes du monde, dans les domaines de l’énergie, de la santé, de l’éducation, et bien d’autres. Dans les 50 années qui arrivent, nous ne sommes pas destinés à mourir de faim, à mourir noyés à cause de la fonte des glaces ou à mourir étouffés à cause d’un air devenu irrespirable. Ouf !

Toutefois, n’oublions pas que tout ceci ne se fera pas de façon automatique et il faut se mettre au travail dès maintenant pour construire ce futur meilleur qui nous tend les bras. Rien ne se passera si nous restons attentistes. La meilleure façon de prédire le futur est de le créer !