Hello, I’m Vinch

And this is my website.

La tech s’invite au KIKK

09/06/16

Vous ne trouvez pas qu’il y a vraiment peu de bonnes conférences technologiques en Belgique ? Même si ça s’améliore nettement depuis quelques années, quand on voit ce qui se passe aux États-Unis et ailleurs en Europe, c’est une conclusion à laquelle on peut facilement arriver. Je me suis souvent dit qu’il faudrait un jour que je puisse y remédier, mais sans jamais vraiment mettre ce vieux projet à exécution. Quand j’ai fait part de cette frustration à Gilles Bazelaire à la fin du mois d’avril, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Il m’a pris au mot et m’a dit que si on arrivait à rassembler une poignée de speakers intéressants avant l’été, on ajouterait un volet tech au KIKK 2016. Comme c’était un peu trop facile, nous nous sommes imposés une contrainte supplémentaire : faire en sorte que les speakers soient des Belges travaillant dans des entreprises renommées mondialement. Ce ne fut pas simple mais nous avons finalement pu y arriver !

KIKK 2016

Il y aura donc 8 sessions techniques lors du prochain KIKK, qui aura lieu du 3 au 5 novembre 2016. Benjamin De Cock (Stripe) nous expliquera pourquoi SVG2 va changer notre façon de faire du web, Yannick Schutz (Heroku) racontera pourquoi le concept de “ChatOps” a le vent en poupe, Philippe Modard (Google) nous révèlera comment scaler une application basée sur les WebSockets, Loïc Vigneron (Spin42) nous montrera comment il a construit un drone avec une imprimante 3D, Fabien Penso (Stuart) exposera comment il a réalisé (avec énormément de succès) une migration depuis une architecture monolithique (PHP) vers des microservices (RoR) en à peine quelques mois, Arnaud Coomans (Facebook) nous fera découvrir les méthodes de travail suivies par les ingénieurs chez Facebook et Instagram, Fabrice Lejeune (Dogstudio) nous fera reconsidérer l’utilisation des frameworks Web, et Michaël Uyttersprot (FitBit) nous prouvera que ce n’est pas forcément bizarre de placer les termes “Halloween” et “Bluetooth LE” dans la même phrase. Pour plus de détails, je vous invite à aller jeter un oeil au programme officiel sur le tout nouveau (et tout beau) site du KIKK 2016.

Merci à tous les speakers, qui ont parfois accepté de faire presque 9000 kilomètres pour se rendre à Namur et merci à Gilles de m’avoir pris au mot et d’avoir rendu ça possible. Merci également à Marie, Susie et tous les autres pour tout le boulot abattu dans les coulisses, et qui fait que le KIKK est devenu une des plus belles conférences d’Europe !

À très bientôt, à Namur.

C’est quand le futur ?

08/29/16

Quand je pense au futur, je ne vois pas la troisième guerre mondiale ou l’apocalypse mais de belles choses qui me donnent presque envie que le temps s’écoule plus rapidement afin de pouvoir en profiter au plus vite. Après avoir lu le livre Abundance (dont j’avais fait une review sur ce blog), j’ai continué à m’intéresser à la métamorphose de certains aspects de notre société et ce que j’ai découvert m’a particulièrement enthousiasmé. Les domaines qui ont le plus attiré mon attention sont le travail, l’énergie, la santé et l’éducation.

Le futur

Le futur ?

Commençons par le travail. Il faut se rendre à l’évidence, de manière générale, nous ne sommes plus tout à fait heureux dans nos boulots. Nous vivons aujourd’hui dans un monde de possibilités et d’opportunités mais nous choisissons encore de travailler dans de vieilles corporations faites de structure, rigidité, hiérarchie et cupidité. Jour après jour, nous nous tuons au travail, parfois au détriment de notre santé physique et mentale, afin de nous permettre un niveau de vie dont nous ne pouvons profiter que durant le week-end. Nous travaillons avec des gens que nous n’aimons pas particulièrement, sur des sujets qui ne nous passionnent pas vraiment, afin de gagner suffisamment d’argent pour acquérir des biens dont nous n’avons pas le temps d’apprécier. Il doit forcément y avoir une meilleure approche.

De nombreux signes montrent que nous entrons tout doucement dans une nouvelle ère que Paul Mason nomme “postcapitalisme”. La croissance est faible voire inexistante, nous sommes de plus en plus nombreux et beaucoup de jobs disparaissent à cause de l’automatisation. Nous allons devoir apprendre à vivre des vies plus simples qui privilégient les expériences par rapport aux possessions matérielles. De toute façon, avions-nous vraiment besoin de posséder trois voitures et une maison avec huit chambres et quatre salles de bain ? On parle aussi de plus en plus d’économie de partage ou encore d’uberisation. Ce ne sont pas uniquement des buzzwords, et même si ces nouveaux concepts ont encore aujourd’hui quelques ratées, ils mettent réellement en évidence une nouvelle façon de fonctionner de notre société. Il est désormais possible de paralleliser plusieurs petits jobs en aménageant soi-même son horaire tout en ayant encore la possibilité de profiter de la vie. Dans son livre “One Person/Multiple Careers“, Marci Alboher parle de “slash careers” pour décrire ce travailleur du futur qui cumule plusieurs métiers. Nos parents avaient l’habitude de faire le même métier dans la même boîte durant toute leur carrière. La génération suivante a pris l’habitude de changer de boîte tous les trois à cinq ans en grimpant les échelons dans un domaine bien précis. Le futur, c’est de faire plusieurs métiers totalement différents dans sa vie, et parfois au même moment. L’hyperspécialisation est dépassée et est même devenue dangereuse si le domaine dans lequel nous avons une certaine expertise devient obsolète. La vraie sécurité de l’emploi en 2016, c’est d’avoir plus d’une corde à son arc et d’avoir un réseau important sur lequel on peut s’appuyer en cas de pépin, comme l’explique Keith Ferrazzi dans son livre “Never Eat Alone“. Si on suit la logique de cette théorie, le freelance est celui qui serait à l’abri, pas l’employé.

Après, pour pouvoir accomplir autant de choses dans une seule vie, il faut pouvoir sans cesse se renouveler et apprendre en continu. C’est le concept de “lifelong learningdont j’ai déjà parlé sur ce blog. Ce que devraient nous enseigner les écoles n’est donc pas une connaissance poussée dans un certain domaine précis. Elles devraient nous apprendre à apprendre. C’est particulièrement vrai dans un domaine comme l’informatique dans lequel je suis baigné depuis que j’ai terminé mes études. Les choses changent tellement vite qu’il faut s’accrocher et se mettre à jour continuellement pour ne pas être dépassé. Aussi, durant toutes ces années, j’ai au la chance de bosser avec pas mal de gens qui sont d’excellents programmeurs, mais qui n’ont jamais été diplômés en informatique. Personnellement, j’ai passé une bonne demi-douzaine d’entretiens d’embauche dans ma vie et on ne m’a jamais demandé de montrer mon diplôme. On m’a uniquement posé des questions techniques et fait faire des exercices pour voir de quoi j’étais capable. Je trouve ça parfaitement normal. Le plus important est ce qu’on sait faire, pas un bout de papier officiel qu’on a reçu quand on était encore adolescent. Ce qui est vrai dans le domaine de l’informatique le sera peut-être bientôt dans tous les domaines.

Un autre sujet dans lequel le domaine de l’informatique est sans doute un peu en avance, c’est celui du télétravail (remote work). Pour le genre de boulot que je fais actuellement, les deux seules choses dont j’ai besoin sont un ordinateur portable suffisamment puissant et une connexion Internet un peu correcte. Même si certains CEOs d’un autre âge comme Marissa Mayer pensent que tous être sous le même toit est la clé de la réussite (ainsi que bosser le week-end), je suis convaincu qu’une grosse majorité du travail d’un informaticien peut être abattue en solo, de n’importe où. Cela a d’autant plus de sens quand on essaye de lancer sa startup et qu’on essaye de limiter les coûts. Pourquoi le faire depuis une ville onéreuse comme New York ou Paris alors qu’un pays comme la Thaïlande offre une qualité de vie égale (voire meilleure) pour un dixième du prix ? Évidemment, tout ça ne s’applique pas à tous les jobs. Un serveur dans un restaurant ne pourra probablement jamais travailler en remote.

Nous sommes probablement aussi à l’aube d’un nouveau type d’organisations. Comme je l’expliquais plus haut, nous ne sommes plus heureux dans nos boulots. C’est en partie à cause du rythme de vie effréné que nous nous imposons mais aussi à cause du type de structures rigides et hiérarchisées dans lesquelles nous évoluons. Une des raisons principales pour laquelle les gens quittent leur boulot est la mésentente avec leur manager direct. La question qu’il faut se poser dans ce cas, c’est : avons-nous vraiment besoin de managers ? Si nous sommes compétents dans ce que nous faisons, avons-nous vraiment besoin de quelqu’un qui nous surveille, nous évalue et nous impose des règles ? Certains pensent que oui et d’autres non, et tous ont raison. Ce sont les théories X et Y dont j’ai déjà parlé ici. Frederic Laloux fait partie de ceux qui pensent que l’être humain est bon de nature et est totalement capable de s’autogérer. Dans son livre “Reinventing Organizations“, il décrit un nouveau type d’organisations qu’il nomme “teal” (turquoise) et dont le principe de base est que chacun est responsable de son propre travail et n’a besoin de personne d’autre que lui-même pour savoir ce qu’il a à faire. Ceci n’est pas de la science fiction. Certains boîtes renommées utilisent déjà cette façon de fonctionner avec énormément de succès. Dans ce genre de structures, les gens sont beaucoup plus épanouis et le taux de démission est ridiculement bas.

Si on veut encore aller plus loin, une autre question que l’on pourrait se poser est : avons-nous vraiment besoin de travailler ? Est-ce vraiment un passage obligé pour être heureux ? Personnellement, je suis passionné par ce que je fais si bien que souvent, je n’ai même pas l’impression que je travaille. Je sais néanmoins que tout le monde n’est pas dans cet état d’esprit, et c’est parfaitement compréhensible. Pourquoi les gens qui n’aiment pas travailler devraient-ils être obligés de faire quelque chose qui les répugne pour pouvoir profiter d’une vie un peu décente ? Ne serait-il pas temps de mettre en place un revenu minimum garanti ? Cela permettrait à quiconque de pouvoir vivre dignement mais permettrait aux gens plus entreprenants de pouvoir se libérer d’un job qui sert à payer les factures pour enfin pouvoir consacrer du temps à ses vraies passions, que ça rapporte de l’argent ou pas. Pour ma part, je suis convaincu que cela ferait beaucoup de bien à l’économie. Les gens qui font les choses par passion sont les gens qui ont le plus de réussite. Si du jour au lendemain, nous consacrions tous 100% de notre temps à des choses qui nous animent vraiment au lieu de faire semblant d’être occupés en attendant le week-end, je pense que cela ne pourra qu’avoir un impact positif sur le bien-être et la prospérité de notre civilisation.

Notre bien-être sera d’autant plus étincelant quand nous aurons finalement compris le fonctionnement du corps humain et repris notre santé en main, ce qui nous permettra de jouir de plus d’énergie pendant de plus longues années et de mener nos projets à bien de façon plus efficace. Le fait de ne plus devoir subir les pots d’échappements des voitures devrait sans doute aider également, aussi bien pour notre santé que notre planète. Dans quelques décénnies, notre énergie viendra uniquement de sources renouvelables et nous ne produirons quasiment plus aucun déchet. Les voitures électriques prendront bientôt le dessus si bien que nos enfants et petits-enfants se moqueront de nous en sachant qu’on ait pu vivre si longtemps dans des villes aussi bruyantes et polluées. Outre le fait que le taux de mortalité au volant va devenir extrêmement insignifiant, l’arrivée des voitures autonomes qui peuvent communiquer entre elles va aussi réduire fortement le trafic et libérer notre réseau routier. Le concept d’embouteillage ne sera bien vite qu’un lointain souvenir. Les parkings ne seront plus nécessaires et seront probablement remplacés par des piétonniers et des espaces verts. Nos villes dans l’ensemble seront plus vivables et plus agréables. Toutefois, au vu de tout ce dont nous avons discuté plus haut, nous aurons moins que jamais besoin de vivre dans des villes et un exode massif vers les campagnes est sans doute à prévoir. Ce sera l’occasion de reconnecter avec la nature et de prendre le temps d’observer la beauté de notre planète.

Je pourrais encore aborder et creuser beaucoup d’autres sujets mais en substance, ceci est le beau futur que j’entrevois. Je sais néanmoins que tout ça ne se fera pas tout seul donc j’ai décidé de me mettre au boulot dès à présent. La meilleure façon de prédire l’avenir c’est de l’inventer !

Petit guide du Bon Mangeur

08/09/16

Si me connaissez personnellement ou si vous suivez ce blog depuis suffisamment longtemps, vous savez que je me passionne depuis toujours pour la gastronomie et depuis quelques années pour la nutrition. J’ai commencé à écrire un bouquin à ce propos il y a plusieurs mois et il est désormais disponible à la lecture sur Leanpub. Il est encore loin d’être terminé mais vous pouvez déjà lire la première partie qui dresse un historique de nos habitudes alimentaires à travers les âges.

Pig

Après de longues réflexions, j’ai décidé de nommer le livre “Petit guide du Bon Mangeur“. “Bon mangeur” et par extension “bien manger” sont des expressions plutôt ambiguës. Cela peut vouloir dire qu’on mange de façon satisfaisante ou qu’on mange de façon saine. Nous avons aujourd’hui une conception de la nourriture qui est de se dire que si c’est savoureux, c’est probablement mauvais pour la santé, et inversement. On nous dit qu’on doit manger moins gras, moins sucré, moins salé, mais si on enlève toutes ces choses de notre nourriture, où est le plaisir ?

Ce livre n’est pas une bible dans laquelle sont avancées des croyances un peu vagues et il ne promeut en aucun cas un nouveau type de régime. L’ambition de cet ouvrage est de ne présenter que des faits avérés. Certaines choses que nous bannissons à tort depuis des décennies sont parfaitement saines et doivent à nouveau être consommées en lieu et place des substituts artificiels que nous leur avons préférés pendant si longtemps. Les vrais ennemis ne sont pas ce que nous croyons et il est tout à fait possible de manger sainement et de façon satisfaisante en même temps. Nous méritons tous d’enfin pouvoir vivre une vie heureuse dans laquelle nous n’avons plus peur de la nourriture et dans laquelle nous ne sommes plus sans cesse au régime !

J’espère que vous lirez ce livre avec intérêt et que cela pourra vous aider si vous êtes en constant conflit avec le contenu de votre assiette, comme je l’étais encore il y a quelques années. Le livre est encore très imparfait et tout feedback est extrêmement précieux pour moi donc n’hésitez surtout pas si vous remarquez quelque chose de louche. Merci d’avance et bonne lecture !