Hello, I’m Vinch

And this is my website.

Une vraie alternative à Keynote ?

05/13/16

Cela fait maintenant environ cinq ans que Keynote d’Apple n’a pas évolué ou très peu. Il s’agissait franchement d’un excellent logiciel pour l’époque mais cela reste étonnamment ce qui se fait de mieux en 2016, faute de réelle concurrence.

Keynote est plutôt bon pour l’aspect présentation en lui-même mais est pour moi très mauvais pour tout ce qui concerne le partage et la collaboration. Je trouve qu’il est grand temps qu’il existe une vraie alternative, surtout qu’il n’est pas dit que Keynote existera encore dans un an, vu qu’Apple a une fâcheuse tendance à abandonner les projets qui ne rapportent pas assez (comme Aperture, iLife, Shake, Logic Studio, FCP, OS X Server, et j’en oublie sans doute).

Keynote Trash

J’ai eu l’occasion de tester plusieurs alternatives comme Slides, Canva ou encore Prezi, mais aucune n’a réussi à me convaincre. Toutes ces applications ont l’air d’être orientées vers le grand public, ce qui les rend assez simples à prendre en main, mais elles manquent cruellement de fonctionnalités plus avancées (par exemple les raccourcis clavier ou la gestion des polices). Elles sont globalement lourdes et il est difficile de prendre plaisir à les utiliser.

Comme je l’ai dit plus haut, j’estime que les problèmes principaux des outils actuels sont les manquements au niveau des fonctionnalités de partage et de collaboration. Si vous faites une superbe présentation dans Keynote mais que la personne à qui vous devez l’envoyer n’a pas Keynote ou n’est pas sur Mac, vous devez vous résoudre à l’envoyer en PDF, réduisant à néant vos efforts pour rendre votre présentation un peu sexy. Si vous voulez travailler à plusieurs en même temps sur une présentation, c’est encore plus difficile. Vous pouvez utiliser Dropbox pour synchroniser vos efforts mais j’ai personnellement laissé tomber cette option après avoir eu des problèmes de corruption de fichiers, ce qui m’a parfois mené à tout devoir recommencer depuis le début. Dans un cas bien précis, la meilleure solution fut de basculer vers Google Slides. La collaboration fut possible mais la présentation était malheureusement beaucoup moins séduisante.

Nous sommes en 2016, nous sommes capables de construire des robots qui gardent leur équilibre quand on leur donne un gros coup de pied, des drones qui livrent des pizzas et des voitures qui se conduisent toutes seules mais nous sommes encore très mauvais pour créer une application un peu correcte pour faire des présentations. Ressentez-vous également les mêmes frustrations ou suis-je vraiment trop difficile à satisfaire ?

Vous l’aurez compris, je suis cruellement à la recherche d’une alternative satisfaisante à Keynote, qui serait moderne, légère, simple d’utilisation, efficace et permettrait facilement le partage et la collaboration. Si vous avez ça sous la main, je suis preneur même si je dois bien avouer que j’ai un peu perdu espoir.

Pourquoi j’aime le foot

05/07/16

On s’étonne souvent de mon intérêt prononcé pour le football.

Certains associent ce sport à des hordes de beaufs qui crient comme des putois, font exploser des pétards, veulent se battre avec tout ce qui bouge, boivent de la bière bon marché et nous empêchent de dormir en venant klaxonner dans nos rues. D’autres aiment se moquer de la relative chétivité des joueurs qu’ils comparent à des comédiens et préfèrent de vrais sports d’hommes comme la boxe ou le rugby. Néanmoins, l’argument anti-foot qui revient le plus souvent est que le sport est prétendument devenu pourri à cause du pognon. Quelques équipes en ont énormément (car elles sont aux mains de milliardaires russes ou saoudiens) et ont des moyens illimités pour acheter les meilleurs joueurs et rafler tous les titres possibles et imaginables, au détriment des petites équipes qui ne peuvent pas lutter à armes égales.

Leicester City

Pourtant, plus tôt cette semaine, Leicester City a remporté la Premier League, probablement le championnat de football le plus relevé au monde, avec chaque année au moins 5 prétendants possibles au titre. Leicester City ne faisait pas partie de ces prétendants. À vrai dire, leur objectif de la saison était de se maintenir en première division, chose qu’ils n’avaient réussi à faire que lors de la toute dernière journée la saison précédente. Les bookmakers avaient estimé les chances de titre pour Leicester à du 5000 contre 1, c’est-à-dire quelque chose jugé moins probable que l’élection de Kim Kardashian au poste de présidente des États-Unis (2000 contre 1).

Championne l’an dernier, l’équipe de Chelsea n’a fait que pâle figure cette saison, pointant à une peu glorieuse neuvième place à deux journées de la fin. Eden Hazard, le meilleur joueur du championnat l’an dernier, n’a été que l’ombre de lui-même cette année. Il s’est toutefois récemment réveillé et a de façon ironique offert le titre à Leicester en marquant le but de l’égalisation contre Tottenham ce lundi, tout comme il avait offert le but du titre à Chelsea il y a environ un an. Les meilleurs joueurs de Leicester City étaient encore de parfaits inconnus il y a quelques saisons. Jamie Vardy, le meilleur buteur du championnat, jouait encore en cinquième division anglaise il y a quatre ans. Riyad Mahrez, successeur d’Eden Hazard comme meilleur joueur du championnat, évoluait quant à lui en deuxième division française il y a à peine deux ans. Tous ces joueurs ont couté relativement peu d’argent quand on les compare aux autres grands clubs anglais. Le coût de l’équipe de Leicester City a été estimé à un peu moins de 60 millions d’euros, contre 530 millions d’euros pour une équipe comme Manchester City. Sur les deux dernières saisons, Manchester United a dépensé plus que Leicester City durant toute son histoire, pour des résultats plus que décevants…

J’ai commencé à apprécier le football au début des années 90, avec la Coupe du Monde en Italie et l’Euro en Suède. Lors de ce dernier, l’équipe du Danemark l’a emporté alors qu’elle n’était même pas censée y être. La Yougoslavie, alors en guerre civile, avait été exclue de la compétition et le Danemark avait eu un tout petit peu plus d’une semaine pour monter une équipe afin de participer à la compétition. En 1994, lors de la Coupe du Monde aux USA, j’ai eu mes premières émotions footballistiques. La Belgique y a plutôt fait bonne impression mais c’est surtout mon autre équipe, l’Italie, qui m’a donné des frissons. Malheureusement, en finale, un pénalty raté de Roberto Baggio les a empêché de décrocher une quatrième Coupe du Monde qu’ils auraient pourtant méritée. Cela arrivera finalement 12 ans plus tard et cela reste de loin mon meilleur souvenir foot à ce jour. Personne ne s’attendait à ce que l’Italie remporte cette Coupe du Monde 2006, au même titre que personne n’imaginait que le Danemark allait remporter l’Euro 1992, que la Grèce allait remporter l’Euro 2004 et que Leicester City allait remporter la Premier League cette année.

C’est la magie du football et c’est pour ça que j’aime tant ce sport. Rien n’est certain et tout peut changer très vite. Parmi tous les sports qu’il m’ait été donné de voir, seul le foot réussit autant à me faire vibrer et à me faire rêver.

Théories X et Y

04/11/16

Avez-vous déjà entendu parler des théories X et Y ? Il s’agit de théories développées dans les années 60 par Douglas McGregor, professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), et que j’ai découvertes grâce au livre Reinventing Organizations du Belge Frederic Laloux (livre très inspirant dont je ferai une review plus élaborée dès que je l’aurai terminé).

Douglas McGregor

Douglas McGregor

Ces théories partent du principe que les managers ont en général deux types de croyance par rapport aux travailleurs. Certains pensent que ceux-ci sont paresseux de nature et vont utiliser tous les stratagèmes pour en faire le moins possible (théorie X), d’autres pensent qu’ils sont ambitieux, motivés et tout à fait capables de s’autogérer (théorie Y).

Laquelle de ces deux affirmations est vraie ? D’après McGregor, elles le sont toutes les deux. En effet, si vous mettez en place énormément de règles, de contrôles et de punitions, les travailleurs auront tendance à essayer de tricher, et votre croyance initiale (théorie X) aura été validée. Au contraire, si vous avez une confiance totale en vos employés et leur donnez les plein pouvoirs, ils feront un travail remarquable qui dépassera toutes vos espérances. À nouveau, votre hypothèse (théorie Y) aura été confirmée.

Sachant ça, il est trivial de savoir vers quel type de management s’orienter si vous souhaitez le meilleur pour votre entreprise. C’est incroyable de se dire que cette étude a plus de 50 ans et que la plupart des entreprises qui sont actives aujourd’hui appliquent encore de vieux principes totalement destructeurs. Nous sommes aujourd’hui arrivés à un point où plus d’une personne sur deux n’est pas heureuse dans son travail. Il est vraiment temps que ça change.

Pour ma part, cela fait un petit bout de temps que j’ai décidé d’avoir une vision positive du monde et de l’être humain. En espérant que mon optimisme soit contagieux.